Réseau de trafic de migrants démantelé


Un réseau transnational de trafic illégal de migrants de la Turquie vers l’Italie et d’autres pays européens, en passant par la Grèce et l’Albanie, a été démantelé suite à une coopération de plusieurs mois entre les autorités policières et judiciaires grecques, italiennes et albanaises, sous la coordination d’Europol et d’Eurojust

. Le réseau, qui a fait passer plus de 1.100 migrants, était actif depuis le début de l’année 2020 et ses membres (environ 80) étaient surtout des irakiens et des syriens. Il était constitué de groupes qui s’activaient au cas par cas en Turquie, en Grèce, en Italie et en Albanie, tout en maintenant une coopération étroite entre eux. Le dirigeant du groupe actif en Grèce était un résident étranger qui organisait les trafics illégaux en utilisant des bateaux en Grèce et était en liaison avec un autre groupe en Italie. Le groupe en Albanie était actif dans le trafic de migrants de la Grèce vers l’Albanie et ensuite l’Italie.

À cette fin, le réseau collaborait avec un étranger, résident de Thessalonique, qui organisait le trafic de migrants en voiture. Chaque migrant payait entre 4.500 à 5.000 euros, qu’il/elle versait dans des magasins fictifs (système Hawala). Le groupe en Turquie faisait du trafic massif de migrants vers la Grèce et l’Italie, en utilisant des bateaux et des voiliers. Le coût de transport pour le migrant était de 5.000 euros. Leur activité caractéristique était le recrutement et la formation de pilotes de bateaux qui venaient surtout d’Ukraine. Les membres du groupe en Italie faisaient surtout de la coordination de la dernière étape du trafic illicite, à savoir l’accueil de migrants, ainsi que l’organisation des trafics depuis l’Italie vers d’autres pays européens, principalement les Pays-Bas et l’Autriche. En outre, ils organisaient la fuite et la prise en charge des pilotes des bateaux qui effectuaient les trajets illégaux. Le réseau était impliqué dans au moins 30 affaires avec un profit de plus de 3,5 millions d’euros. Les membres du groupe qui étaient actifs en Grèce, afin de maximiser leurs profits, embarquaient plus de migrants que prévus par les mesures de sécurité dans chaque bateau. D’éventuelles pertes humaines ont été évitées grâce à l’intervention immédiate des autorités portuaires de Grèce et d’Italie qui secouraient les migrants.

Au cours de la journée d’action conjointe, 29 personnes au total ont été arrêtées, dont 18 en Albanie, 1 en Grèce et 10 en Italie et 28 perquisitions ont été effectuées dont 15 en Albanie, 2 en Grèce et 11 en Italie. Il s’est avéré qu’un magasin en Grèce fonctionnait comme un bureau Hawala*, où les migrants déposaient le prix convenu à l’avance. Lors des perquisitions dans les magasins, 400 paquets de cigarettes et 45 paquets de tabac de contrebande ont été retrouvés et saisis, mais aussi 2 ordinateurs, 2 téléphones portables, une petite quantité de drogue, 3.730 euros en espèces ainsi qu’un nombre de notes manuscrites. Au cours des enquêtes menées en Grèce, 13 personnes ont été arrêtées, qui étaient des pilotes ou des membres d’équipage de bateaux. De plus, 6 autres personnes ayant un rôle organisationnel dans le groupe actif en Grèce, ont été identifiées, dont 2 ont déjà été arrêtées.

*NDLR : Le système hawala est un moyen de transfert de l’argent sans utiliser le système bancaire et financier traditionnel. Dans ce système un grand nombre de courtiers en argent déplace illégalement de la valeur en espèces. Il n’y a pas de vrai mouvement d’argent et le système est basé sur la confiance, l’honneur, les liens familiaux ou les relations régionales.

Source : Crimorg.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s