Macron adopte-t-il des méthodes mafieuses ?


Selon le Canard Enchainé, Emmanuel Macron a négocié avec le président du conseil exécutif corse Gilles Simeoni pour obtenir le « rapatriement » des deux détenus à la prison de Borgo et « une autonomie de plein droit » contre l’engagement d’écarter Jean-Guy Talamoni, président de l’Assemblée de Corse jusqu’en 2021 et d’appeler à voter Macron au moins au second tout de la présidentielle.

En 2013, à Palerme en Sicile, dix personnes, dont l’ex-ministre de l’Intérieur Nicola Mancino et l’ancien chef mafieux Salvatore Riina incarcéré depuis vingt ans, étaient jugés à Palerme pour leur rôle dans les négociations secrètes entre la mafia sicilienne et les autorités italiennes dans les années 1990.

Ce procès découlait de l’opération “mains propres” (“Mani pulite”) menée au début des années 1990 par la justice italienne pour tenter de mettre fin aux connivences entre la mafia et la classe politique.

Cette offensive avait débouché sur l’effondrement des partis traditionnels, notamment de la démocratie chrétienne, et provoqué une campagne d’attentats de Cosa Nostra, la mafia sicilienne, responsable de la mort de 21 personnes en 1992 et 1993.

Selon l’accusation, des responsables politiques de haut rang ont négocié avec la mafia après l’attentat à la bombe qui a coûté la vie au juge Giovanni Falcone, à sa femme Francesca et à trois gardes du corps, le 23 mai 1992 sur l’autoroute Catane-Palerme.

Pour le parquet, la volonté de l’Etat de négocier n’avait fait qu’encourager les mafieux et a entraîner d’autres assassinats, comme celui du procureur Paolo Borsellino qui en savait trop sur ces négociations qu’il réprouvait.

Les dix accusés sont quatre anciens “capi” de Cosa Nostra, deux hommes politiques, trois hauts responsables de la police et le fils d’un “parrain” décédé.

L’ancien ministre Mancino devra répondre de faux témoignage à l’époque de ces négociations.

Il va sans dire que de négocier des voix auprès des électeurs est au minimum une fraude électorale et une méthode mafieuse bien connue en Italie.

Les français vont-ils voter pour Emmanuel Macron ? Cet homme qui s’est entouré de ministres sulfureux.

La liste complète des proches d’Emanuel Macron qui nagent dans les affaires scabreuses.

Eric Dupond-Moretti, Garde des sceaux en juillet 2020
Mis en examen le 16 juillet 2021
soupçonné de conflits d’intérêt entre ses anciennes activités d’avocats et sa charge de ministre de la justice
Perquisition au Ministère de la Justice le 1er Juillet 2021

Éric Dupond-Moretti aurait financé l’achat d’une Maserati dans une boutique monégasque après avoir été le destinataire d’un virement de 100 000 € venant d’une société offshore dont il n’était pas le conseil. Après un virement de 75 000 €, il a réglé les 20 158 € restants directement en espèces.

Macron adopte-t-il des méthodes mafieuses ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s